Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

26 octobre - Débat sur Discord : Cryptomonnaies et dictature des Banques centrales Lire 23 octobre - Jacques Cheminade : Ce que signifie le rejet de mon compte de campagne de 1995 Lire 20 octobre - Débat sur Discord : Pourquoi Trump est-il un moindre mal ? Lire
AccueilActualités
ENTRETIEN (II/II)

Jean-Claude Gayssot : mettre l’innovation au cœur de la croissance durable

Port de Sète.
Port de Sète.
Jean-Claude Gayssot
Jean-Claude Gayssot

Pour la rédaction de Nouvelle Solidarité, Karel Vereycken et Christine Bierre se sont entretenus début août avec Jean-Claude Gayssot, ancien ministre des Transports, de l’Équipement et du Logement (1997-2002) et actuellement président du Port de Sète - Sud de France.

Depuis 2018, il préside l’agence de développement MedLink Ports, premier ensemble fluvio-portuaire de France mettant en réseau l’action de Voies Navigables de France (VNF), la Compagnie du Rhône (CNR) avec celle de 2 ports maritimes (Marseille et Sète) et 8 ports multimodaux du bassin Rhône-Saône : Pagny, Chalon, Mâcon, Villefranche-sur-Saône, Lyon, Vienne Sud/Salaise-Sablons, Avignon-le Pontet et Arles.

Ancien manœuvre dans le bâtiment, cheminot, militant syndical CGT, responsable communiste, conseiller municipal, maire, député, puis ministre et vice-président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon, Jean-Claude Gayssot, surtout connu pour la loi qui porte son nom visant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, a milité toute sa vie pour la justice. Le développement de l’intermodalité reste au cœur de son combat.

Dans la première partie de notre entretien, il a souligné que son combat pour le ferroviaire et pour le report modal découlait de sa vision d’un « type nouveau de croissance ».

S’inscrivant en faux aussi bien contre un productivisme prédateur que contre une décroissance conduisant à « l’aggravation des injustices qui assaillent les peuples », il précise ici sa vision d’une « croissance durable » et sa mise en œuvre au Port de Sète.

Jean-Claude Gayssot : En effet, on ne peut parler de transition énergétique, écologique, sociale et citoyenne, sans s’appuyer sur les forces du travail et de la création. L’innovation en fait partie intégrante. C’est même devenu un enjeu essentiel.

La crise globale que nous traversons ne trouvera pas d’issue réelle sans de profondes évolutions dans tous les domaines. L’innovation technologique pour la mobilité des marchandises, des personnes et des services est centrale. Le dérèglement climatique en montre l’urgence. Moins de gaz à effet de serre, moins d’énergies inutiles dépensées, moins de déchets plastiques, moins de pollution de l’eau et de l’air, y compris avec la réduction significative des émissions d’oxydes de soufre (SOx) et des polluants atmosphériques émis par les navires. [1]

Les ports, le littoral, l’hinterland, les océans sont les premiers concernés par ces notions incontournables : le développement durable et l’innovation. Innover pour lutter contre toutes les formes de pollution, pour préserver la nature et la qualité de la vie.

Cela suppose, je le répète, que les choix stratégiques soient pour une croissance d’un type nouveau, fondés sur un guide majeur, « l’utile et le nécessaire ».

Port de Sète

Au Port de Sète, tous les investissements réalisés ou prévus depuis 10 ans visent à réussir le challenge du développement durable avec l’innovation. Comme moteur de la réussite, plusieurs centaines de millions d’euros ont été investis par la Région et le Port, pour le public, et par les partenaires privés, pour aller dans ce sens.

Nous avons obtenu la certification ISO pour les trois ports (commerce, pêche, plaisance) et la certification européenne (CWA Port propre) pour le port de plaisance.

  • 4 hectares de panneaux photovoltaïques ont été installés. Ils produiront deux fois et demie la consommation annuelle du port sur l’ensemble de ses trois sites (commerce, pêche, plaisance) ;
  • Le parc véhicule a été renouvelé par une flotte électrique ;
  • Le Bassin Orsetti, proche de la ville de Sète, a été le premier à être équipé de branchements électriques à quai ;

Nous sommes engagés avec le Service qualité, sécurité et environnement pour l’objectif zéro plastique. Le port de Sète est le partenaire officiel de l’association Expédition 7ème continent. [2]

  • Nous avons également déplacé l’activité croisière pour éloigner du centre-ville les grands paquebots. Une nouvelle plateforme ferroviaire est en construction ;
  • Au Port de Sète, 10 000 camions par an sont transférés de la route sur le rail et notre objectif est d’atteindre les 40 000 en 2025 :
  • La station de pilotage va bientôt voir l’une de ses embarcations transformée. La propulsion thermique conventionnelle sera remplacée par la solution électrique. Cette innovation a été primée aux 8ème Assises du Port du futur.

Au niveau de la qualité de l’air et de l’eau, sans attendre les résultats d’études supplémentaires, le Port de Sète a instauré une tarification incitative pour les navires, selon leur indice environnemental ESI (Environmental Ship Index) et un contrôle de la qualité de l’eau dans les canaux s’effectue pour connaître le rôle du port dans le système écologique marin, afin de faire les choix les plus adaptés pour la préservation de la biodiversité marine.

Enfin, un agrandissement de 18 hectares de la zone portuaire grâce au projet du nouvel appontement pétrolier réalisé par BP. En réinjectant le sable provenant des dragages dans le casier de la Zone industrielle fluvio-maritime (ZIFMAR), on a pu éviter toute opération d’immersion en mer – l’économie circulaire en quelque sorte.

Sont planifiés :

  • l’électrification sur plusieurs quais ;
  • un Plan hydrogène vert, déjà engagé, sous l’impulsion de la présidente de la Région, Carole Delga. D’ores et déjà, 150M€ sont prévus par la Région ;
  • la construction d’une « barge énergie zéro émission et multiservices portuaires », fournissant à tout navire en escale puissance et énergie électrique, grâce à une pile à hydrogène « vert », ainsi que l’élimination des déchets de bord en toute sécurité et sans aucune émission polluante. Ce projet a été récompensé par deux fois aux dernières Assises du Port du futur à Lille, en septembre 2019. Il a aussi été un des lauréats officiels de l’appel à projets « Avenir littoral » et bénéficie d’une aide de 239 K€ !

Coopération inter-portuaire

Les ports maritimes et intérieurs membres de Medlink.
Les ports maritimes et intérieurs membres de Medlink.

En lien avec le ministère, nous entendons développer la coopération inter-portuaire avec les autres ports de la Méditerranée. On le voit dans tous ces domaines, l’innovation est au cœur des évolutions, elle permet une croissance durable. C’est vrai pour tout ce qui concerne la mobilité des personnes et des marchandises.

L’électrification du réseau ferré français, les évolutions possibles et nécessaires concernant les moteurs à explosion, la motorisation avec les nouvelles technologies à hydrogène sont plus que jamais à l’ordre du jour.

Sans oublier les liens avec la communauté scientifique pour développer des projets innovants. C’est ainsi que le Port de Sète, en lien avec le Centre spatial universitaire de Montpellier, participe à un projet de nano-satellites destinés à anticiper les épisodes cévenoles (pluies violentes et inondations).

Partout où nous agissons, nous avons la possibilité et le devoir d’agir en faveur du développement durable.

Mais il ne s’agit pas d’être les seuls : c’est à l’échelle du pays, de l’Europe et du monde que le combat doit être mené. Du pays, avec les collectivités locales, pour que les finances publiques concernant les investissements et le fonctionnement privilégient la dépense utile et nécessaire. A l’échelle de l’Europe ? Ce n’est ni de moins ni de « plus d’Europe », mais de « mieux d’Europe » qu’il faudrait. C’est une réorientation réelle de sa construction, faisant de l’harmonisation sociale et du développement durable la clef de voûte de ses choix. Une Europe qui ne laisse pas les États-Unis et la Chine décider du sort de la planète.

En ce qui concerne les différents types d’Europe, outre les énergies renouvelables (eau, soleil et vent) et avec elles, outre l’hydrogène, le nucléaire peut être une solution, avec notamment la perspective à l’étude pour substituer à la fission la fusion nucléaire, qui élimine le polluant des déchets. En tout cas, tout doit être fait pour sortir de la tentation du « tout nucléaire ». Je me méfie de tous les « tout ». Je suis pour les TGV mais j’ai combattu le « tout TGV ». Je suis contre le « tout routier » mais on a aussi besoin de camions. C’est pourquoi l’intermodalité et le transport combiné me paraissent les solutions d’avenir.


[1Précision de kav : un article publié en 2018 par les Décodeurs du Monde relatait que « Les cargos et porte-conteneurs utilisent l’un des carburants les plus sales au monde, un résidu visqueux du pétrole, lourd et difficile à brûler. Ce pétrole « bunker » est ce qui reste une fois que les autres produits pétroliers – essence, naphta ou encore diesel – plus légers, ont été raffinés. Seul l’asphalte utilisé pour les routes est plus épais. (...) la pollution d’un seul cargo équivaut à environ 50 millions de voitures dans les cas où la teneur en soufre est encore de 3,5 %, une pollution tolérée dans des zones de plus en plus limitées et amenées à disparaître d’ici deux ans. »

[2Expédition 7ème Continent est une association à but non lucratif qui, en vue de réduire la pollution plastique, œuvre pour un océan préservé en combinant des savoir-faire scientifiques, pédagogiques, médiatiques structurés autour d’un engagement commun par l’action et les solutions.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation
Jean-Claude Gayssot : « Plan de relance ? Il faut changer de cap ! »
27 août
ENTRETIEN (I/II)
Jean-Claude Gayssot : « Plan de relance ? Il faut changer de cap ! »
La mer, avenir de l’homme
25 mai 2016
Science
La mer, avenir de l’homme
Transport fluvial et croissance de demain - entretien vidéo avec Michel Rocard
3 juillet 2016
Analyses
Transport fluvial et croissance de demain - entretien vidéo avec Michel Rocard
Remettre l’intermodalité au cœur du transport
5 janvier 2017
Économie
Remettre l’intermodalité au cœur du transport

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard