Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité

Jasta : Obama va-t-il protéger son allié saoudien ?

La rédaction
visites
1049
commentaires
JPEG - 216.1 ko

Le mardi 20 septembre, de grandes manifestations organisées par les familles des victimes des attentats du 11 septembre 2001, et par leurs alliés, ont eu lieu devant la Maison Blanche et devant le Congrès des États-Unis, pour exiger de Barack Obama de ne pas apposer son véto sur la loi JASTA que vient d’adopter le Congrès des États-Unis (voir plus bas les vidéos des manifestations).

Depuis que la Chambre des représentants a suivi le Sénat en adoptant à l’unanimité la loi JASTA, le 9 septembre, le président Obama et ses porte-parole ont déclaré à maintes reprises son intention de refuser de signer le texte, ce qui promet un affrontement direct entre la Maison Blanche d’une part et le Congrès et les citoyens de l’autre. En effet, cette loi JASTA (Justice contre les sponsors du terrorisme) permettrait aux survivants et aux familles des près de 3000 personnes tuées le 11 septembre 2001, d’intenter des poursuites judiciaires contre la monarchie et d’autres responsables saoudiens pour leur rôle dans la promotion du terrorisme.

D’ici au 23 septembre au plus tard, le président Obama doit soit approuver le texte de loi, soit y opposer son veto. Sous la pression des électeurs, dans les deux chambres des membres dirigeants des deux partis, assurent avoir suffisamment de voix (deux tiers en l’occurrence) pour le faire passer quand même en cas de veto. Pour l’éviter, la Maison Blanche fait cause commune avec Riyad et d’autres États du Golfe afin de retourner les élus susceptibles d’écouter leurs sirènes.

Comme nous l’avons déjà souligné sur ce site, les éléments de preuve du rôle saoudien sont accablants. C’est pourquoi le Comité d’action politique de LaRouche martèle que Barack Obama doit être destitué s’il refuse l’adoption de la loi et continue à soutenir les réseaux terroristes de quelque manière que ce soit.

L’enjeu ici ne concerne pas seulement le passé. Ces mêmes réseaux sont encore actifs aujourd’hui en Syrie et dans bien d’autres pays. Alors que le secrétaire d’État américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov se sont efforcés de mettre sur pied un cessez-le-feu en Syrie, à partir du 12 septembre, l’administration Obama fait tout pour le saboter. Elle a bloqué, par exemple, la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU qui devait se tenir le 16 septembre pour approuver le projet. C’était avant même que la coalition dirigée par les États-Unis bombarde le 17 septembre une position de l’Armée syrienne, tuant plus de 60 soldats et en blessant une centaine d’autres, permettant ainsi à Daech de reprendre la position tenue par les forces gouvernementales. Par ailleurs, les États-Unis refusent toujours de coordonner leurs actions et leurs informations avec la Russie.

En même temps, aux États-Unis, la campagne contre Poutine et la Russie dépasse toutes les bornes. Les médias qui se vantaient d’être quelque peu objectifs et mesurés, affichent des titres sensationnalistes accusant Vladimir Poutine, non seulement de manipuler la campagne électorale américaine, mais aussi d’avoir piraté les mails du Comité national du Parti démocrate ainsi que ceux de l’ancien secrétaire d’État Colin Powell. Sans en fournir, bien entendu, la moindre preuve...

Le président Obama lui-même s’y est livré le 13 septembre en comparant Vladimir Poutine à... Saddam Hussein. Mais c’est moins radical, dira-t-on, qu’Hillary Clinton, qui le compare carrément à Hitler !


Vidéo de Hispan-TV :

Vidéo du Comité d’action politique de LaRouche :

Voir les 3 commentaires

  • Eric • 23/09/2016 - 20:30

    "Comme nous l’avons déjà souligné sur ce site, les éléments de preuve du rôle saoudien sont accablants."
    Arrêtez de prendre les gens pour des imbéciles. Tous les gens qui s’informent sur Internet savent que les trois tours du WTC ont été détruites par démolition contrôlée et que les soi-disant pirates de l’air saoudiens n’y sont évidemment pour rien. Vous vous couvrez de ridicule. Je sais que vous allez censurer ce commentaire, mais lisez au moins cet article de François Roby, maître de conférence en physique : http://aitia.fr/erd/la-societe-europeenne-de-physique-vire-complotiste/

    • Pierre • 29/09/2016 - 10:18

      Il est évident qu’on ne connaît pas toute l’histoire. Mais l’intérêt de poursuivre l’Arabie Saoudite est justement qu’ils ne vont sans doute pas se gêner pour balancer tout ce qu’ils savent des complicités intérieures aux USA.

    Répondre à ce message

  • michel PAPON • 23/09/2016 - 10:00

    Derrière les Saoudiens on va trouver...la CIA via le "safari club", ainsi la boucle est bouclée.
    Depuis JFK aucun president n’a envie de mourir assassiné, la roche tarpeienne est proche du Capitole !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 16 août le monde
en devenir

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Don rapide