Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire 18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire
AccueilActualité

Septembre 2018 - Toutes les vidéos du weekend de formation de S&P

La rédaction
JPEG - 439.7 ko

Pour les 130 personnes venues des quatre coins du pays, des Hauts-de-France à l’Occitanie, de Brest à Strasbourg sans oublier Bordeaux, Lyon, La Rochelle, Fontainebleau et d’autres villes où des « Sociétés d’amis de S&P » sont en train de se construire, le weekend du 28 au 30 septembre fut riche en idées et en actions.

Après le discours de rentrée de son président, Jacques Cheminade, la parole fut donnée à notre invité d’honneur, Tom Gillesberg, président de l’Institut Schiller au Danemark. Ensuite, après une présentation sur le « crédit productif public », une table ronde sur l’éducation, la culture, la santé et l’immigration permit de préciser la démarche de S&P.

Cette journée de formation se termina avec la projection du documentaire « Les travailleurs chinois de la Grande Guerre », suivie d’un débat animé avec son réalisateur Karim Houfaïd et Sacha Lin-Jung, vice-président de l’Association des Chinois résidents en France (ACRF).

Tous deux furent assaillis de questions par des spectateurs bouleversés par cette histoire hors du commun. Peu de Français savent en effet que la Chine, qui avait envoyé dans notre pays pas moins de 140 000 travailleurs pour contribuer à l’effort de guerre, fut brutalement lâchée par les Occidentaux lors du Traité de Versailles, qui donna aux Japonais (un autre allié occidental) la province chinoise du Qingdao, occupée jusque-là par les Allemands et dont étaient originaires bon nombre de ces ouvriers ! Cette « trahison occidentale », une humiliation sans précédent, contribua au sursaut du sentiment patriotique qui marque encore le pays.

Merci à S&P pour ses campagnes présidentielles

Tom Gillesberg, le président de l’Institut Schiller danois, remercia S&P pour ses campagnes présidentielles, source d’espérance pour le monde entier.

Au Danemark, expliqua-t-il, c’est par nos affiches que la population peut découvrir nos idées, car la plupart des médias font l’impasse sur notre existence. La seule façon dont les journalistes parlent de nous, c’est pour critiquer nos affiches supposément incompréhensibles.

JPEG - 33.7 ko

Celle qui a vraiment marqué les esprits, est celle de 2007, donc un an avant la faillite de Lehman Brothers : « Après le krach, construisons un Maglev franchissant le Kattegat [détroit]. » Plusieurs journalistes s’en étonnent encore : « Comment saviez-vous qu’il y aurait un krach ? »

L’énorme scandale qui touche aujourd’hui Danske Bank relance bien sûr le débat sur une séparation bancaire du type Glass-Steagall (entre banques traditionnelles et banques spéculatives). Le blanchiment par des oligarques russes de 200 milliards d’euros d’argent sale à travers la filiale estonienne de Danske Bank, était connu au moins depuis 2006. Ce n’est que lorsque les Anglo-Américains et donc le FBI sont partis en guerre contre la Russie que les projecteurs furent braqués sur cette affaire.

Parmi les autres sujets de débat en France, Gillesberg réfuta catégoriquement l’idée que la « flex-sécurité à la danoise », supposée offrir une bonne couverture d’assurance chômage, puisse encore être un « modèle », comme le prétend Macron.

Si ce système était socialement en pointe dans les années 1970, le volet « sécurité » a fut totalement évacué depuis le début des années 1990, tandis que le volet « flexibilité », facilitant les licenciements, se trouvait renforcé. Gillesberg ne voit pas le Danemark, un pays où les gens ont encore une certaine prospérité, prendre le leadership de la révolte en Europe. C’est de France et d’Italie, où le gouvernement s’ouvre à la Chine, que cela viendra en premier, a-t-il conclu.

Vite, du crédit productif !

Avant d’esquisser comment S&P propose de créer 5 millions d’emplois en 5 ans, en investissant 100 milliards d’euros dans une politique de relance par l’investissement productif, Karel Vereycken rappela quelques chiffres qui fâchent : la France compte, en réalité, au moins 6,5 millions de chômeurs, plus de 20 % de la population active, soit plus du double des 3 millions et des 9,2 % annoncés par un gouvernement qui se déclare « satisfait » de son bilan. Comme aux Etats-Unis et en Allemagne, le nombre de travailleurs pauvres explose.

Le précédent du New Deal sous Franklin Roosevelt nous offre des pistes pour aujourd’hui. Sur le plan de l’emploi, entre 2012 et 2022, le Papy Boom verra 620 000 personnes partir en retraite, donc autant de postes qui se libèrent. Le grand âge et la petite enfance nécessitent la création immédiate d’au moins 100 000 postes chacun.

Côté BTP, l’effondrement du pont de Gênes en Italie a rappelé les conséquences tragiques des coupes budgétaires. La France a 200 000 ponts. Pour les remettre en état, les experts estiment qu’il faut consacrer au moins 50 milliards d’euros. 13 000 ponts sont à réparer d’urgence. L’Etat ne gère qu’une infime partie du réseau routier, le reste ayant été abandonné à des collectivités territoriales dont on a raboté les dotations. Nos ports, canaux et chemins de fers nécessitent des investissements énormes et sont des gisements d’emplois majeurs.

La France, un pays qui sait faire de l’innovation, doit promouvoir l’excellence qui est la sienne, notamment en travaillant aux frontières du connu et des « trois infinis » : l’atome, l’espace et le vivant.

A cela s’ajoute la robotique qui va, contrairement aux craintes, créer bien plus d’emplois qu’elle n’en fera disparaitre, à condition de former les formateurs.

Tout cela, vous le trouvez en détail dans le livre-programme de Jacques Cheminade.

Qui va payer ?

Tout cela est bien joli, me direz-vous, mais qui va payer ? Lorsqu’on nous dit qu’il n’y a que deux façons de financer l’économie (l’impôt et la dette bancaire), on nous ment, car il existe une troisième méthode que nous avons baptisée « crédit productif public ». Elle permet à tout Etat de se faire crédit à lui-même en émettant du crédit ex nihilo, c’est-à-dire à partir de rien, en faisant tourner « la planche à billets ». Ce n’est pas un roman de science-fiction sur des faux monnayeurs qui prennent le contrôle de la planète, mais une politique réellement mise en œuvre dans l’après-guerre.

Pour Georges Boris, le conseiller de Pierre Mendès France, puis de De Gaulle :

C’est en dirigeant la monnaie et non en se laissant diriger par elle qu’un remède peut être apporté aux grands maux dont nous souffrons.

Pour ce faire, il faut un Etat souverain disposant d’une Banque nationale, d’un Trésor et d’un Commissariat au Plan. Ensuite, cet Etat doit créer d’un côté un budget de fonctionnement, qu’il financera exclusivement par l’impôt, et de l’autre un budget d’équipement, afin d’investir dans les infrastructures physiques et humaines, qu’il financera par le crédit public.

Voici, en bref, comment on procédait en 1948 :

  • Le Commissariat général au Plan (CGP), auprès du Premier ministre, enquêtait, consultait et faisait un inventaire des besoins généraux des secteurs et des territoires. Par exemple, il fallait électrifier le monde rural ou encore moderniser l’agriculture grâce à l’irrigation, etc.
  • La Commission des investissements (regroupant de hauts responsables du Plan, des ministères concernés, de la Banque de France et du Trésor) amendait et validait un Plan indicatif, ré-ajustable en fonction des réalités du terrain apparaissant lors de sa mise en application.
  • La Direction du Trésor ouvrait des « comptes spéciaux ». Chaque compte correspondait à une mission dont était chargée une équipe du Plan, capable d’intervenir de façon transversale pour lever les blocages. Le plus connu fut le Fonds national de Modernisation et d’Equipement (FME), créé en 1948 pour gérer l’aide du Plan Marshall. Le dernier fut le Fonds de développement économique et social (FDES), que Montebourg, alors ministre du Redressement productif, tenta de ressusciter.
  • La Banque de France accordait une avance au Trésor pour abonder tel ou tel compte spécial afin qu’il puisse émettre le crédit aux bénéficiaires.
  • Une fois remboursé, le Trésor remboursait à son tour la Banque de France au fur et à mesure de la réalisation du projet. Cette dernière annulait alors dans les comptes l’argent-crédit qu’elle avait avancé : l’argent ne circulait que le temps de l’avance ou de l’emprunt, donc sans créer d’inflation.

Dans l’après-guerre, on constata ce que Jean Monnet appela les « effets en chaîne » des sommes mises à disposition des entreprises nationalisées, qui ne faisaient, en fait, que transiter par elles avant d’être redistribuées entre les industries d’équipement privées, à travers les commandes d’outillage et de travaux : c’est le cas des entreprises de bâtiment et de génie civil, des constructeurs de matériel mécanique, électrique, ferroviaire, ou des constructions navales, et, au second degré, de la sidérurgie et des matériaux de construction.

Aujourd’hui, si l’on s’en donne les moyens, cela pourrait de nouveau fonctionner. Prenons un exemple :

  • Notre nouveau Commissariat général au Plan constate que pour faire entrer le transport, la santé, etc. dans l’ère du numérique, il nous faut la 5G pour tous et sur l’ensemble du territoire.
  • Notre nouvelle Direction générale du Crédit (représentant les forces vives de la nation comme le souhaitait Pierre Mendès France) donne son feu vert pour la création d’un Service public du numérique.
  • Bercy ouvre un compte spécial dédié à cette mission.
  • La BdF avance de la Trésorerie à cet effet dans les mêmes conditions qu’en 1948.

Mais tout cela est interdit par les traités européens ! Certes, et c’est pour cela que l’UE se fait hara-kiri. Le défi immédiat serait donc d’obliger la Commission européenne à exclure des critères de Maastricht les dépenses d’investissement de chaque Etat.

Table ronde

Après une intervention de Cheminade expliquant ce qu’est vraiment le principe gagnant-gagnant, une table ronde, abordant des sujets aussi variés que l’éducation, la culture, la santé et les migrations, montra à quel point ces questions sont au cœur des politiques que S&P souhaite promouvoir.

Education

Maëlle Mercier ouvrit le débat en constatant la chute du niveau éducatif que relèvent tous les classements internationaux. Cette calamité est la conséquence directe des théories « néo-pédagogistes », hostiles à tout système de notes, à l’apprentissage de la chronologie en histoire, de la géométrie et de la grammaire. Elle dénonça également la vision d’une certaine élite française, pour qui il faut certes former une élite mais éviter d’éduquer le peuple. Voltaire ne dit rien d’autre lorsqu’il écrit en 1776 :

Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Ce n’est pas le manœuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes. Quand la populace se mêle de raisonner, croyez-moi, tout est perdu !

Jules Ferry était hélas sur la même ligne.

De ce point de vue, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer fit naître quelques espoirs en prenant plusieurs bonnes mesures : interdiction des smartphones à l’école, création de chorales, rétablissement de l’enseignement du latin, tutorat pour aider aux devoirs, etc.

Des primes ont également été accordées aux enseignants des REP (Réseaux d’éducation prioritaire), mais pour S&P, c’est tous les enseignants qui en ont besoin. La mesure la plus intéressante est un projet pilote visant à dédoubler les classes en zone de REP, afin qu’aucune ne dépasse les 12 élèves. Selon le ministre, cette mesure concerne 190 000 élèves. 1800 nouveaux professeurs seront embauchés pour cet effort en 2018, mais « en même temps », avec les politiques d’austérité d’Emmanuel Macron, 2650 postes seront supprimés dans le secondaire ! Ajoutons à cela la tendance, démarrée bien avant Blanquer, à formater une main d’œuvre essentiellement au service du monde de l’entreprise, et l’application Parcoursup, qui fait perdurer une forte sélection dans l’accès aux filières universitaires. Au bout du compte, le ministre à bien du mal à nous convaincre qu’il n’y a plus, comme il le souhaite, de système à deux vitesses.

Culture

Odile Mojon rapporta ensuite comment, Jacques Cheminade s’étant récemment indigné d’un roman mettant en scène l’assassinat du Président Macron, un utilisateur de twitter avait rebondi, revendiquant « aucune censure en République ». D’une certaine manière, cela pose la question de savoir si « l’art doit être réduit à n’être qu’une suite de caprices d’individus égotiques ». Or, ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que l’art est totalement sous l’emprise d’intérêts financiers. Hollywood, et maintenant Netflix, se taillent la part du lion. Ce sont ces cartels qui décident de faire consommer des séries du type Game of Thrones à des milliards d’individus.

Pour les élites, évidemment, il existe d’autres produits dans lesquels ils peuvent investir, comme ce tableau récemment vendu 84 millions de dollars et dont le créateur est le chouchou d’une vingtaine de galeries qui font la pluie et le beau temps dans le secteur. Cet « art » là n’est qu’un autre visage de la City de Londres et de Wall Street.

Comme contre-exemple, Odile Mojon montra la cathédrale de Chartres, édifice érigé en moins de trente ans, à la fin du XIIIe siècle, et totalement conçu pour éduquer une population n’ayant pas accès à la connaissance par l’écrit. De simples paysans pouvaient y découvrir, dans la niche d’un portail, l’effigie de Pythagore et d’autres savants grecs, ou l’harmonie des proportions dans les vitraux. C’était un projet politique visant à élever chaque individu par la beauté et la science qui l’anime. Pour les érudits chinois, le monde existe, d’une certaine manière, mais en termes d’idées, il n’est pas encore né. C’est justement à l’art, à la musique, à la peinture, etc. que revient la responsabilité de le faire naître.

Santé

Agnès Farkas, responsable Santé pour S&P, retraça pourquoi notre système de santé, jadis l’un des meilleurs du monde, se dégrade. Aujourd’hui, avec l’apparition de déserts médicaux à la périphérie des grandes métropoles et à la campagne, on paye très cher les conséquences de décisions prises il y a longtemps. Privés de services de proximité, les gens se précipitent aux urgences. Le moment est venu d’explorer les pratiques médicales du futur, notamment la télémédecine, domaine où la France fut pionnière. En 1989, l’anesthésiste toulousain Louis Lareng, fondateur du SAMU, créa la Société européenne pour la télémédecine et la santé. Depuis, des téléconsultations se pratiquent entre hôpitaux dans certaines régions, ce qui évite le déplacement inutile des malades.

Lareng fut le premier en France à utiliser la téléconsultation spécialisée dans un établissement pénitentiaire, ce qui a grandement amélioré l’offre de soins pour les détenus. Cette expérience fut ensuite étendue aux DOM-TOM, notamment la Guyane française, où se pratique depuis le début des années 2000 des téléconsultations grâce à une collaboration entre le Centre hospitalier de Cayenne, le CNES (Centre national des études spatiales) de Kourou et l’Institut de médecine et de physiologie spatiales du CHU de Toulouse. L’envoi d’images et d’examens numérisés sur trois spécialités médicales (parasitologie, dermatologie et cardiologie) se fait à partir de stations portables de télémédecine, via un téléphone satellite. Ainsi, en se libérant de l’emprise de la finance et en s’appropriant les nouvelles technologies, notre système de santé rendra d’immenses services.

Immigration

Abordant le délicat problème de l’immigration, Rémi Lebrun affirma d’emblée que s’il n’existe pas de solution simple, pour la France, l’hospitalité, le développement pour tous et le respect de la loi ne sont pas négociables. Résumer le problème à l’ouverture ou la fermeture des frontières est un leurre. Certes, dans le système actuel, l’apport migratoire a des conséquences perverses. Cependant, fermer les frontières rendra l’immigration encore plus clandestine. « Vu les réactions à notre émission sur notre rencontre avec l’Auberge des migrants de Calais, force est de constater que les gens se lâchent. C’est un fait, on a de plus en plus ces résurgences fascistes et l’on nous propose assez généralement un affrontement entre les progressistes face aux nationalistes, les globalistes face aux patriotes. Pourtant, ce débat n’a pas grand-chose à voir avec la réalité. » D’ailleurs, « le premier pays à avoir rétabli les frontières, ce n’est pas la Hongrie, mais l’Allemagne de Mme Merkel, en septembre 2015. Et derrière les discours d’humanisme, on retrouve chez Merkel et Macron le même mépris envers les migrants qu’envers leur propre population. C’est comme avec les votes aux référendums, c’est quand ça les arrange. Un peu de main-d’œuvre pas cher, un peu de jeunesse en Allemagne, mais pas trop non plus. »

Les politiques de l’UE cherchent à évacuer le phénomène en le criminalisant. Ainsi, à Calais, notre ministre de l’Intérieur a délibérément laissé jouer le pourrissement, en privant les migrants du minimum vital et en laissant le vandalisme y prospérer. A la frontière franco-italienne, les migrants sont refoulés sans avoir eu le temps de demander asile, en violation totale de leurs droits. Quelque 80 000 personnes ont ainsi été refoulées, alors qu’on doit leur offrir notre hospitalité et l’accès au droit. Expulser les gens avant qu’ils aient obtenu une réponse à leur demande d’asile, c’est totalement contraire à la Convention de Genève.

Enfin, la politique d’intégration des migrants est déplorable. Ils ne peuvent pas travailler pendant les six premiers mois, période où l’Etat leur accorde 230 euros mensuels, une situation qui les pousse à créer des ghettos et à se lancer dans les trafics. Ils doivent, bien entendu, avoir un permis de travail, mais cela n’est possible que dans le contexte d’une autre politique économique.

L’expatriation est un phénomène planétaire. Le nombre de Français qui partent chaque année est passé de 140 000 à 210 000, dont 80 % ont moins de 30 ans. Les problèmes pour intégrer les migrants sont aussi importants que les problèmes pour intégrer les nouveau-nés.

Et si la culture française connaît un péril, c’est celui de sa pâleur, celui de l’absence de prise de risque. L’urgence, c’est de créer un ministère du Co-développement et de l’Intégration et d’en finir avec le franc CFA, l’OTAN et la vente d’armes à ceux qui commettent des crimes de guerre au Yémen.

Chauffés à bloc après cette intense journée de discussions, une bonne trentaine de militants, nouveaux et anciens, armés de tracts mettant en garde « contre le krach financier qui vient » et appelant à créer « 5 millions d’emplois grâce au crédit productif », se déployèrent dès le dimanche matin, sur les marchés de la région parisienne, pour faire connaître l’alternative unique incarnée par S&P.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Un système gagnant-gagnant, comment c’est possible ?

15 octobre
Actualité
Un système gagnant-gagnant, comment c’est possible ?

Tract de S&P : 5 millions d’emplois par le crédit productif public

24 septembre
Actualité
Tract de S&P : 5 millions d’emplois par le crédit productif public

Crédit national pour l’équipement
de l’homme et de la nature

9 mars 2017
Instaurer un Crédit Nationalpour l’équipement de l’homme et de la nature
Crédit national pour l’équipement<br/> de l’homme et de la nature

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard