Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité

Le dialogue Trump-Poutine mettra-t-il fin à la guerre froide ?

La rédaction
visites
758
commentaires
JPEG - 171.6 ko

Pendant sa première semaine à la Maison Blanche, le président Trump a signé un décret (Executive Order) précisant ses priorités militaires pour les premiers mois de son mandat. Selon un exemplaire préliminaire obtenu par le Washington Post, tout en haut de la liste figure la guerre contre Daech et « d’autres formes de terrorisme islamique radical ». Le décret appelle aussi à un accroissement des forces militaires américaines, notamment celles nécessaires pour combattre Daech, et implique une suspension du plafonnement que le président Barack Obama avait imposé aux dépenses de la défense pour une décennie.

Les politiques de la nouvelle administration ne sont pas encore définies, mais le fait que le nouveau Président ait eu un entretien téléphonique d’une heure le 28 janvier avec son homologue russe Vladimir Poutine, et qu’ils aient discuté longuement de la collaboration russo-américaine contre Daech, indique que Trump entend tenir sa promesse de rétablir des relations positives avec la Russie.

JPEG - 121 ko
Nouvelle Solidarité N° 11/2016 - S’abonner

Suite à l’appel, des membres de l’administration Trump ont confirmé que le Président envisage sérieusement de lever les sanctions contre la Russie.

Leur discussion a suivi de quelques jours les pourparlers de paix en Syrie, à Astana au Kazakhstan, sous l’égide de la nouvelle « troïka » régionale — Russie, Turquie, Iran. La déclaration finale affirme que ces trois pays observeront et garantiront conjointement la poursuite du cessez-le-feu entré en vigueur le 30 décembre et joueront aussi un rôle central dans les négociations de Genève prévues pour fin février. Un projet de constitution syrienne proposé par la Russie a été présenté aux participants des discussions, dont le gouvernement syrien et des représentants des rebelles. Il semblerait que le Kremlin espère que l’administration Trump participera à la prochaine phase des négociations.

Un autre décret signé par Trump la semaine dernière et relatif à la Syrie, supprime une phrase d’un projet antérieur prévoyant une « zone de sécurité » sur le territoire syrien. Une telle initiative serait impraticable en l’absence de l’autorisation de Damas et d’une coordination avec Moscou.

Une indication de l’évolution de la situation vient du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson, qui a reconnu qu’il n’est plus envisageable d’exiger le départ du président Bachar Assad comme précondition pour mettre fin à la guerre. Compte tenu de la coopération de la Turquie avec la Russie et l’Iran, l’Arabie saoudite n’a plus les moyens de peser sur le sort d’Assad.

Si les États-Unis se joignent à cet effort pour résoudre la tragédie syrienne, les conséquences potentielles sont immenses. D’autant plus que la rédaction du décret sur la défense, qui mentionne des concurrents « presque des pairs » des États-Unis (soit la Russie et la Chine), est très loin du langage hostile à la Russie des années Obama.

Voir les 2 commentaires

  • BONIN Stéphane • 05/02/2017 - 20:21

    J’ aimerai être aussi optimiste . Mais les rodomontades envers l’ Iran m’ inquiète beaucoup................surtout que la Russie a de nombreux liens avec l’ Iran . Ou Trump fait des rodomontades pour "faire le fort" (je ne doute pas qu’ il le soit, si nécessaire), ou il a bien l’ intention de s’ en prendre à l’ Iran (avec Israel notamment)................et, là, tout peut très vite s’ enflammer !

    Répondre à ce message

  • BONIN Stéphane • 06/02/2017 - 18:50

    Le problème, c’ est que l’ administration Trump a "une dent" contre l’ Iran, allant jusqu’ à remettre en cause l’ accord passé entre l’ Iran et l’ administration Obama . Israël et les Saoud ne demandent que ça ! Mais, gros problème : l’ Iran et la Russie sont proches sur les plans économiques et militaires !

    Et je ne parle même pas de la crise pétrolière que cela pourrait engendrer ; surtout que, contrairement à l’ Irak de Saddam, même sans l’ aide militaire Russe (ce qui me parait impossible), l’ Iran est capable de riposter violemment . Crise mondiale en vue !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 14 décembre le monde
en devenir

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide