Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité

La Chine offre à Trump son aide à la reconstruction des infrastructures américaines

visites
1618
commentaire
JPEG - 219.9 ko

La Russie n’est pas la seule à donner des cauchemars à Obama et à la clique de néoconservateurs mauvais perdants qui l’entoure.

Il y a également la Chine. Ainsi, le 30 décembre 2016, un éditorial du Quotidien du Peuple, l’organe du Parti communiste chinois, présentait une proposition adressée à l’administration Trump qui prendra ses fonctions dans les prochains jours : la Chine pourrait investir et apporter de nouvelles technologies aux grands chantiers que Donald Trump a annoncé vouloir lancer pour reconstruire les infrastructures de base aux États-Unis.

Sous le titre : « Réparer l’Amérique exigera de Trump du courage et un travail avec la Chine », l’éditorial revient sur les ponts « les plus hauts du monde » que la Chine a réalisés avec des technologies révolutionnaires dans le domaine du génie civil.

Réparer l’Amérique exigera de Trump du courage
et un travail avec la Chine

Editorial en anglais paru le 30 décembre 2016 dans le Quotidien du Peuple

Extrait :

Dans son livre Great Again (Redevenir grand), Donald Trump, le président élu des États-Unis, écrit :

Rendez-vous dans des pays comme la Chine (…) et observez leur système ferroviaire et de transports en commun. C’est tellement mieux. Nous, nous sommes comme un pays du tiers-monde.

En dépit de ses paroles fortes, Trump admire la Chine pour la croissance de son PIB et ses investissements en infrastructure et génie civil. Et il voit que, alors que l’Amérique vieillit et prend du retard dans certains domaines, la Chine croît et va de l’avant. Les États-Unis peuvent apprendre de la Chine pour ce qui est des chantiers d’infrastructure et profiter de ses réussites.

La Chine est le leader mondial dans le domaine des infrastructures et du génie civil. Le pont Beipanjiang, reliant les provinces de Guizhou et de Yunnan, est un pont suspendu érigé à 565 mètres au-dessus de la rivière Beipan, ce qui en fait le pont le plus élevé au monde. C’est l’équivalent d’un gratte-ciel de 200 étages, à peu près la hauteur d’une des quatre tours Trump.

Autre exemple, également à Ghuizou, le pont du TGV reliant Shanghai et Kunming. Cette prouesse n’a pas échappé à certains experts étrangers. Le Pr Ralph Litzinger, de l’université Duke aux États-Unis, constate :

L’investissement conséquent de la Chine dans les infrastructures fait apparaître les États-Unis comme un pays arriéré.

JPEG - 52.1 ko
Nouvelle Solidarité N°3/2016 - S’abonner.

Pour sa part, le Pr Steve Keen, de l’université de Kingston, l’a qualifié d’ « exemple impressionnant de génie civil », ajoutant que Trump pouvait apprendre beaucoup de la Chine dans le domaine de la planification en infrastructure.

Si l’Amérique est sans doute un exemple contemporain de la construction d’un grand pays, la Chine est un exemple contemporain de la reconstruction d’un grand pays. Les deux ponts gigantesques réalisés à Ghuizou sont un modeste exemple de la puissance chinoise dans ce domaine. Aucun autre pays du monde n’a sorti de la misère, et en aussi peu de temps, autant d’individus, un nombre équivalant à deux fois celui de la population américaine. Depuis, la Chine a fondé la Banque asiatique pour l’investissement dans l’infrastructure (BAII) et promeut la ceinture économique de la Nouvelle Route de la soie ainsi que la Route de la Soie maritime du XXIe siècle. Les projets de coopération fleurissent et sont la carte de visite de la Chine moderne d’aujourd’hui. Dans le même temps, après des années de planification, les États-Unis ne parviennent plus à construire la moindre ligne de TGV. Au lieu de s’en prendre à la Chine, l’Amérique devrait apprendre de la Chine et travailler avec elle.

Trump veut dépenser 1000 milliards de dollars pour mettre à niveau les infrastructures afin de reconstruire la nation et remettre les gens au travail. La question est de savoir comment les financer et les réaliser. La Chine sait comment financer et réaliser des projets infrastructurels décents et il existe des investisseurs richissimes prêts à investir des milliards aux États-Unis. Une façon pour Trump de faire de son plan une réalité serait de faire appel à la technologie et au financement chinois. Cela facilitera le retour en Amérique de certains investissements en Chine au profit des États-Unis et permettra de renforcer notre relation bilatérale.

Le plan Trump pour reconstruire l’Amérique est ambitieux, mais il reste à voir s’il a assez d’ambition pour faire ce qu’il y a de meilleur pour l’Amérique.

Source : Quotidien du peuple.





Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 14 décembre le monde
en devenir

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

Don rapide