Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Casques blancs : l’impérialisme brutal dans le gant de velours de l’aide humanitaire

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 75.6 ko

Le script est rigoureusement identique à celui qui avait été suivi en août 2013 : Assad le barbare a gazé son propre peuple et nous autres braves Occidentaux, garants de la démocratie et des droits de l’homme, devrions nous embarquer dans une aventure militaire en Syrie pour « punir » le tyran. N’oublions pas toutefois que l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Tandis que les terribles images et vidéos d’enfants gazés tournaient en boucle dans nos médias, les « experts » expliquaient partout que la responsabilité du régime syrien était la seule explication plausible. Par exemple, Nicolas Tenzer, président du centre d’études et de réflexions pour l’action politique, affirmait mardi sur franceinfo : « Oui, il n’y a absolument aucun doute là-dessus, malgré le discours de désinformation du Kremlin. C’est le seul à posséder de tels stocks aujourd’hui, qui n’ont d’ailleurs pas été éliminés ».

Notre expert semble ignorer que le prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) a publié le 14 janvier 2014 un rapport montrant que le massacre chimique d’août 2013 avait été perpétré par les rebelles syriens, comme le rapportait Le Point en février 2014.

Par ailleurs, personne dans les grands médias n’a jugé utile de questionner la source des photos et récits diffusés sur la prétendue atrocité de Bashar el-Assad. On sait pourtant qu’il s’agit du groupe jihadiste Jaych al-Islam, que les forces armées syriennes et russes étaient sur le point de déloger de la Douma, et des « Casques blancs », que l’on a pu voir dans les vidéos portant et manipulant les enfants gazés, sans sembler le moins du monde souffrir eux-mêmes de ce contact direct avec ce que les médias ont décrit comme un mélange terriblement meurtrier de gaz sarin et de chlore.

A l’heure où le président Macron affirme — ce que même les Américains et les Anglais ne font pas — détenir les preuves que « des armes chimiques ont été utilisées par le régime », il est utile que nous prenions le temps de regarder d’un peu plus près qui sont ces héros à casques.

Les Casques blancs, une histoire presque parfaite

Dès leur création en 2013, les Casques blancs ont été très promus dans les médias occidentaux, présentés comme des Syriens bravant héroïquement le danger sur le théâtre de guerre pour aller sauver les victimes civiles des bombardements. En 2017, ils figuraient sur la liste des favoris pour le prix Nobel, et le documentaire Netflix qui leur était consacré obtenait un Oscar.

La légende raconte qu’ils auraient été formés par la Croix rouge, ce qui n’a pourtant été confirmé par aucun responsable de l’ONG internationale. Au contraire, de nombreux secouristes et docteurs ont exprimé leur scepticisme sur les « secours » apportés par les Casques blancs. Par exemple, le pédiatre suédois Leif Elinder disait en mars 2017 sur le site The Indicter : « En visionnant une vidéo, j’ai pensé que les mesures infligées aux enfants, certains d’entre eux sans vie, étaient bizarres, non médicales, non salvatrices, et même contre-productives s’il s’agissait de leur sauver la vie ».

Ce qui n’a pas été expliqué aux publics occidentaux, c’est que les Casques blancs entretiennent des liens étroits avec des groupes terroristes comme le Front al-Nosra (la branche d’Al Qaïda en Syrie), liens abondamment documentés par des photos et vidéos ; il n’a pas été expliqué non plus qu’ils ont été créés et dirigés par un agent du renseignement militaire britannique, et ont bénéficié de financements massifs des gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni et des monarchies du Golfe.

Vanessa Beeley, une journaliste britannique indépendante se trouvant actuellement sur le terrain en Syrie, et qui a exposé le fait que les Casques blancs sont une création britannique, expliquait en mars 2018 à Sputnik que le timing des prétendues attaques chimiques en Syrie coïncide toujours avec un moment où les djihadistes sont sur le point de perdre une bataille cruciale face aux forces syriennes gouvernementales.

La main, le cerveau et l’argent britannique

En 2016, Sir Philip Jones, officier de la marine royale britannique et chef d’état-major de la Marine, lâchait l’aveu : « La frappe dure du pouvoir militaire est souvent enveloppée dans le gant blanc de l’aide humanitaire ». (Source : Mintpressnews)

« Les Casques blancs ont joué un rôle important dans la campagne de propagande anti-Assad », explique Vanessa Beeley à Sputnik, « fournissant des ‘preuves’ d’attaques chimiques ou d’autres violences présumées commises par les forces gouvernementales, qui ont été utilisées comme prétexte pour l’intervention militaire. Plus tard, il s’avère que ces attaques ont été soit des mises en scène, soit organisées par les forces d’opposition ».

Les Casques blancs ont été créés en mars 2013 par James Le Mesurier, un « ancien » officier militaire britannique, au moment où « la donne changeait en faveur d’Assad en Syrie et (...) les pressions internationales contre le président étaient en train de s’essouffler », comme le dit Mme Beeley. En effet, face à l’échec de la première phase de la guerre en Syrie, qui du point de vue des Occidentaux consistait à reproduire le scénario libyen de changement de régime, il s’agissait alors de lancer une opération visant à reconquérir l’opinion publique occidentale, auprès de laquelle l’image des braves « rebelles » syriens s’effritait au fur et à mesure qu’apparaissaient à la lumière leur affiliation au terrorisme djihadiste.

Avant de créer les Casques blancs, Le Mesurier avait été vice-président du Olive Group, une organisation mercenaire privée, qui plus tard a fusionné avec la société américaine privée Academi, ex-Blackwater ; puis il a occupé une position de dirigeant dans la société Good Harbor Consulting, aux côtés de Richard A. Clarke, un vétéran de l’establishment de la sécurité nationale américaine, et ancien « tsar » du contre-terrorisme sous les administrations Clinton et Bush. En juin 2016, en récompense pour son travail dévoué au service de sa Majesté, il a reçu le grade d’officier de l’ordre de l’Empire britannique.

Le Mesurier a lancé l’opération des Casques blancs depuis la Turquie, grâce à une enveloppe de 300 000 dollars fournis par les gouvernements britannique, américain et japonais. En décembre 2017, un documentaire diffusé par la BBC a montré que le Adam Smith Institute (ASI) – la plus importante ONG « humanitaire » britannique –, que le gouvernement de sa Majesté subventionnait massivement pour former la police dans les « zones libérées » syriennes, finançait en réalité Al Qaïda. Le gouvernement britannique avait créé en avril 2015 un fonds pour la sécurité et la stabilisation (CSSF), qui a fait parvenir des financements, via l’ASI et deux autres ONG « humanitaires » Integrity Global et Tamkeen, au maire auto-proclamé d’Alep-Est et aux Casques blancs.

Face au scandale, le gouvernement de Theresa May a dû couper les fonds à l’ASI. Puis, le ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, les a discrètement rétabli au début de l’année 2018.

En septembre 2017, interrogé par la baronne Caroline Cox, membre de la Chambre des Lords britannique, sur la nature de l’assistance apportée à l’opposition syrienne, Lord Ahamd of Wimbledon avait répondu que le Royaume-Uni avait consacré pour la Syrie, via le CSSF, 66 millions de livres (environ 76 millions d’euros) en 2015-2016, 64 millions en 2016-17 et 69 millions pour l’année fiscale 2017-18 en cours.

Il est temps de ne plus être naïfs. Car il s’agit bien d’une guerre psychologique visant à manipuler chacun d’entre nous par les bons sentiments afin de nous entraîner dans une nouvelle guerre, pour le bon plaisir de sa Majesté et de l’oligarchie financière de la City. Et aujourd’hui, à la différence de celles en Irak et en Libye, une guerre en Syrie mènerait tout droit à une confrontation avec la Russie, ce qui serait alors, comme l’a dit le général à la retraite Evgeny Buzhinsky le 3 avril sur la BBC, « la dernière guerre dans l’histoire de l’humanité ».

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • gdfontaines • 14/04/2018 - 00:06

    Une opération qui vient de très loin .. la preuve par Dumas : https://youtu.be/BH9SHxetO1I

    • BONIN Stéphane • 14/04/2018 - 19:09

      D’ accord à 500% ! Micron-macaron = la famiile Bush et le Blair, tout simplement

    • Bergeun • 17/04/2018 - 11:38

      Bonjour, je veux bien entendre que le gentil hassad est persecuté par les occidentaux monstrueux heureusement que le plus grand democrate Russe vient l’aider. C’est pas comme si es deux saints avaient un passé vierge de toutes mauvaises action si non pourquoi une democratie syrienne aurait elle maintenue pere et fils depuis des dizaines d’années. 99
      Plus serieusement vos arguements juste en lecture sont en contradiction avec 99% des journalistes, avec la plus part des informations officielles données par 99% des pays dans le monde. Je suis opposé à tous les politiques imperialiste menées par les Etas unis, par les russes, par les gouvernement Europeen et plus particulièrement par Maron et ses copines anglaises et allemandes ; Beaucoup de journalistes sont à la main des pouvoirs politiques et financiers, mais ils en exostent des bons même s’ils ne pensent pas comme vous. Pour que je comprenne mieux et que je puisse adhérer à vos idées, pouvez-vous donner vos sources la vous avez r,epris des bouts de texte (peut etre e qui vous interresse) pouvez-vous etayer vos arguments vous aglomerez une somme de petite vérités (pourêtre positif je vous accorde de fait que vous êtes sinceres) Si on est pas un de vos afficionados votre article ne tient pas la route. Souhaitez vous elargir voes lecteurs
      Cordialement

    • Stephane BONIN • 18/06/2018 - 11:46

      Evidemment, les 99 % de journalistes aux ordres des gouvernements occidentaux, qui passent leurs temps à dire que le "capital humain" (nous les ouvriers/travailleurs) nous sommes "un coût" pour les multinationales, qui hurlent contre les gens qui défendent leurs droits sociaux, qui parlent en permanence des "méchants Russes/Iraniens/Assad/Maduro/(et autres qui osent s’ opposer aux occidentaux)" ? Ces 99 % sont la vérité pour vous, Bergeun ? Et bien, pour ce qui me concerne, les agressions permanentes des occidentaux et leur bras armé l’ OTAN ont fini par me poser des questions.............et un peu de révision d’ histoire sur la Crimée et le Moyen-Orient ont fini par me convaincre que "les gentils occidentaux" que nous sommes censés être sont les pires rapaces du monde : allez poser des questions aux Grecs, par exemple, et attendant de demander aussi l’ avis aux Iraquiens, Afghans, Russes et Béliorusses, Chinois, Iraniens, Syriens (et Palestiniens).........et bien des peuples "indigènes" d’ AMSUD ! salutations quand même

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Syrie : ne pas frapper, reconstruire

12 avril
Communiqués
Syrie : ne pas frapper, reconstruire

Communiqué de S&P : Macron doit renoncer à toute intervention militaire en Syrie

10 avril
Actualité
Communiqué de S&P : Macron doit renoncer à toute intervention militaire en Syrie

Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

11 mars 2015
Guerre mondiale,
minuit moins 5
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

L’Empire britannique vent debout contre toute entente américano-russe

29 septembre 2017
Histoire
 L’Empire britannique vent debout contre toute entente américano-russe

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard