Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

24 novembre - Discord S&P reçoit Alexandre Langlois Lire 24 novembre - Haut Karabakh : « La Méthode Poutine » Lire 21 novembre - La face cachée du Great Reset Lire
AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
Certains articles de S&P sont payants.
4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

Élections US : toujours ce parfum si familier de fraude #2

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Chronique stratégique du 11 novembre 2020 (pour s’abonner c’est PAR ICI)

Alors que les médias américains se sont arrogés le pouvoir de désigner Joe Biden comme vainqueur, l’équipe de Trump a lancé plusieurs recours en justice sur des graves soupçons d’irrégularités et de fraude électorale. Et vu que les scrutins se jouent sur quelques milliers de voix, une petite irrégularité fait la différence. Jusqu’ici, la Russie, le Mexique, le Brésil, la Slovénie et la Chine ont refusé de reconnaître le démocrate comme « president elect », contrairement à Macron, Merkel, Conte et l’UE. Les amis de LaRouche, avec les lanceurs d’alerte de la NSA William Binney et Kirk Wiebe, mettent en lumière les techniques de fraude et les outils informatiques qui ont été utilisés au cours du dépouillement des votes.

Quand des médias décident qui est élu

Samedi 8 novembre, quatre jours après le vote, CNN et Associated Press ont désigné Joe Biden vainqueur et futur président, usurpant ainsi le pouvoir alloué par la Constitution américaine aux États et au Collège électoral – seules institutions habilitées à déterminer qui a remporté l’élection et devient le « président élu ».

Ce qui n’a pas empêché Emmanuel Macron de tweeter immédiatement : « Les Américains ont désigné leur président. Félicitations Joe Biden et Kamala Harris ! » Le président français a été suivi du Premier ministre italien Giuseppe Conte, de la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre britannique Boris Johnson, ainsi que des responsables de l’UE à Bruxelles.

De leur côté, la Russie et la Chine n’ont pas voulu adresser de félicitations à Joe Biden, préférant attendre les résultats officiels des élections, et évoquant les multiples procédures judiciaires lancées par l’équipe de Donald Trump. De même, le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO) a déclaré le 7 novembre que son gouvernement respectera l’autodétermination du peuple américain et qu’il ne félicitera aucun candidat « tant que le processus électoral ne sera pas terminé ».

AMLO a comparé l’effort actuel pour faire reconnaître la victoire de Biden avec l’élection présidentielle de 2006 au Mexique, que le candidat néolibéral Felipe Calderon avait emporté contre lui, au moyen d’une fraude électorale flagrante. « Nous avions beaucoup souffert de pressions internationales, lorsqu’ils nous ont volé la présidence. Le dépouillement n’était pas terminé que déjà certains gouvernements étrangers reconnaissaient ceux qui s’étaient auto-proclamés vainqueurs », a rappelé AMLO.

Lundi, tandis que les médias présentaient Biden comme le nouveau messie descendu sur Terre pour sauver le monde atlantiste à la dérive, la directrice des services généraux de l’administration américaine (GSA en anglais), Emily Murphy, a refusé de signer la lettre autorisant les équipes du démocrate à commencer à travailler à la passation de pouvoir, bloquant de fait les financements fédéraux nécessaires pour la mise sur pied de la nouvelle administration. Dans la foulée, le ministre américain de la Justice, William Barr, a donné son feu vert à l’ouverture d’enquêtes sur d’éventuelles irrégularités lors du vote du 3 novembre.

Vous avez dit « conspirationniste » ?

Par un singulier effet d’amnésie collective, les médias de masse semblent avoir oublié qu’en 2016, Hillary Clinton et les démocrates, qui refusaient d’accepter la victoire de Trump, avaient menacé de lancer des recours juridiques sur des soupçons de fraude électronique dans les États du Wisconsin, du Michigan et de la Pennsylvanie, comme le rapportait alors le journal Le Monde. Les recours n’avaient finalement pas été engagés, la machine démocrate préférant jouer la carte de « l’interférence » et la « collusion » russes.

Ainsi, quand Hillary Clinton dénonce une fraude électorale, les médias l’applaudissent et lui accordent mille tribunes. Mais lorsque c’est Trump qui le fait, on le coupe au milieu de sa conférence de presse (!), on colle l’étiquette de « conspirationnistes » à tous ceux qui diraient la même chose, et on censure les publications partagées sur les réseaux sociaux, comme l’ont fait Facebook et Twitter – le groupe Facebook « Stop the Steal » (« Stoppons le vol »), par exemple, créé au lendemain de l’élection, a été fermé alors qu’il avait engrangé plus de 300 000 membres en 48h. Comme quoi, on est anti-conspirationniste quand ça arrange !

Des enquêtes doivent avoir lieu

Selon Kirk Wiebe, ancien de la NSA et lanceur d’alerte, « il apparaît [dans ces élections] une multiplicité de différents types de corruption », qui définissent « une attaque massive contre notre système électoral ».

D’ailleurs, Joe Biden ne l’a-t-il pas admis lui-même, à travers son désormais fameux lapsus (vidéo ci-dessus), affirmant :

Nous sommes dans une situation où nous avons mis en place – et vous l’avez fait pour notre administration, celle du président Obama, avant celle-ci – nous avons mis en place, je pense, l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus inclusive de l’histoire de la politique américaine.

C’est pourquoi des enquêtes doivent être menées sur chaque cas de fraude potentielle. Dans notre précédente chronique, nous avons déjà rapporté quelques exemples qui nécessiteraient une enquête approfondie.

Les enquêtes devraient entre autres se concentrer sur le logiciel Dominion Voting, utilisé pour comptabiliser les votes dans 30 États – dont la Géorgie et le Michigan, deux États où un renversement en faveur de Biden a eu lieu. Dans le comté d’Antrim, dans le Michigan, un recompte manuel a permis de découvrir un « pépin » dans le comptage informatique, qui avait transformé une avance de 3 000 voix pour Trump en une avance équivalente pour Biden. Comme l’explique l’ancien directeur technique de la NSA, William Binney, en matière de programmation informatique, il n’y a pas de « pépin », car cela fait partie de la programmation de l’ordinateur. Ce logiciel a été utilisé dans 65 comtés du Michigan, dont neuf des 30 plus importants. Notons en passant que le directeur exécutif du logiciel est le chef de cabinet de Nancy Pelosi, la toute puissante « Speaker » démocrate du Congrès, et que le principal actionnaire est un certain Richard C. Blum, le mari de la sénatrice démocrate Diane Feinstein...

Interviewée le 8 novembre sur Fox Business, Sidney Powell, l’avocate du général Michael Flynn, a dénoncé avec force l’utilisation du programme Dominion :

Les Démocrates ont dépensé des centaines de millions de dollars pour fabriquer la fraude du « Russiagate » et le dossier « Steele » ; ils ont fait conduire une enquête spéciale pendant deux ans ; ils ont tenté une procédure de destitution frauduleuse ; (…) il n’y a pas de raison qu’ils n’aient pas mis en oeuvre tous les moyens d’une fraude électorale pour voler cette élection

.

Ce qui est en jeu dépasse de loin les personnes de Biden ou de Trump ; cela concerne la survie de la plus grande démocratie du monde. Ces élections américaines ne sont toujours par pliées. Plus que jamais, ne croyez pas les médias. Mieux, aidez-nous à développer les nôtres.

Vous venez de lire notre chronique stratégique « Le monde en devenir ». ABONNEZ-VOUS ICI pour la recevoir sans limitation. Vous aurez également accès à TOUS les dossiers de ce site (plus de 400 !)...
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Fournier • 12/11/2020 - 00:47

    Que les votes par correspondance des américains de l’etranger soient favorables aux democrates, on peut l’entendre. Mais en quoi les votes par correspondance des américains craignant le covid seraient ils plus favorables aux uns plutôt qu’aux autres ?

    • Bruno Abrial • 12/11/2020 - 09:14

      Sauf votre respect, votre commentaire laisse entendre que vous l’avez écris sans lire l’article...

    • Patrick Fournier • 13/11/2020 - 14:09

      Bonjour, je développe donc ma réflexion (je ne devrais jamais écrire via mon smartphone, outil peu convivial, propice à l’approximation par difficulté d’écriture).

      Pourquoi les votes par correspondance des américains ne s’étant pas rendu aux urnes pour cause de COVID seraient plus favorables aux démocrates qu’aux républicains.

      Il y a là quelque chose qui me semble relever de la pure manipulation intuitive, logique, étendant, sans le prouver, un vote par correspondance des américains traditionnellement favorable aux démocrates, à toute forme de vote par correspondance. Il me semble que la dénonciation de cette imposture serait bien plus puissante que la seule dénonciation de complot orchestrés par des programmes de la CIA ou des logiciels Dominion Voting car faisant appel au bon sens des gens.

      Bien à vous
      Patrick Fournier

    Répondre à ce message

  • Michel RUISSEAU • 11/11/2020 - 20:14

    Le problème que personne ne sait à ce jour, est que si les procédures aboutissent, le rétablissement de résultats exacts sera t-il suffisant pour inverser l’élection ? D’autre part combien de temps dureront ces procédures ? Et Biden étant au pouvoir, n’aura t-il pas les moyens de faire pression ? Il y a beaucoup d’interrogations.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Réparation, Reconstruction, Refondation
25 May
Feuille de route S&P
Réparation, Reconstruction, Refondation

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La dissolution de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.


L'euro, et pourtant il coule

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard