Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

L’Europe et les Etats-Unis doivent abandonner leur approche géopolitique et coopérer avec les BRICS !

La rédaction
JPEG - 80.9 ko

Cette déclaration est diffusée sous l’égide de l’Institut Schiller qui réunit des personnalités politiques, économiques, militaires et scientifiques pour prendre position publiquement en la soutenant.

A l’ère nucléaire, une politique d’affrontement avec la Russie et la Chine ne peut que conduire à l’extinction de notre espèce. Par conséquent, aucun effort ne doit être épargné pour coopérer afin de résoudre les multiples crises auxquelles fait face l’humanité.

Les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se sont alliés pour mener une politique de développement économique, non seulement pour leur propre intérêt, mais au bénéfice des peuples de toutes les nations. A cette fin, ils ont créé une Nouvelle banque de développement (NBD) pour investir des milliards dans des projets de développement utiles.

La Chine a récemment lancé la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), dont plus de vingt pays d’Asie sont devenus membres fondateurs, et créé un Fonds de développement pour la Route de la soie.

Lors du sommet de l’APEC à Pékin, le président chinois Xi Jinping a invité le président Obama à se joindre aux efforts de la Chine et d’autres pays asiatiques, dont la Russie, pour développer la Nouvelle route de la soie.

Ces initiatives ne sont pas de nature géopolitique. Contrairement au Partenariat transpacifique (TTP prôné par Barack Obama, qui exclut la Russie et la Chine), les initiatives prises par les BRICS, y compris le partenariat de libre-échange de l’Asie-Pacifique (FTAAP), sont inclusives. Elles reposent sur le concept défendu par le pape Paul VI, selon lequel « le nouveau nom de la paix est le développement ». Ainsi, lors du récent sommet du G20 en Australie, Xi Jinping et le Premier ministre indien Modi ont tous deux évoqué le double objectif de parvenir à la paix mondiale et de mettre fin à la pauvreté par le développement économique.

Il n’existe aucun problème au monde qui ne puisse être résolu par une telle approche, et inversement, aucun problème ne sera résolu sans elle.

Une telle coopération entre l’Europe, les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde, entre autres, est également nécessaire pour vaincre la pandémie d’Ebola en Afrique.

Le terrorisme représenté par Daech (Etat islamique) et Al-Qaïda vise aussi bien la Russie, la Chine et l’Inde que l’Europe et les Etats-Unis. On ne pourra le neutraliser que dans le cadre d’une nouvelle architecture de sécurité fondée sur la coopération.

La politique consistant à lancer des « révolutions de couleur » sous prétexte d’instaurer la démocratie est une politique de guerre, même si le terme n’est pas employé, car son objectif est de renverser des gouvernements à l’aide de financements étrangers. Cela doit cesser. La campagne de sanctions contre la Russie en raison de son opposition à ces révolutions de couleur et au coup d’État nazi en Ukraine, ne fait qu’exacerber la crise globale. Par contre, une approche basée sur la coopération mutuelle afin de réaliser les objectifs communs de l’humanité, en Eurasie et au-delà, créerait la base d’une paix mondiale.

Alors que les États-Unis ont abandonné le programme spatial de Kennedy, les Chinois ont entrepris un programme lunaire prévoyant d’exploiter l’hélium-3 présent sur notre satellite, en vue de générer l’énergie de fusion thermonucléaire de manière pratiquement illimitée.

Dans le cadre d’une coopération entre l’Europe, les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde et d’autres nations, l’humanité pourrait enfin réaliser la vision de Johannes Kepler, celle de la maîtrise des lois du système solaire au bénéfice de l’homme.

Seule cette approche pourrait ramener l’Europe et les États-Unis à leur dessein historique, exprimé respectivement dans la Renaissance européenne et la Révolution américaine. Ce grand dessein, auquel l’Europe et les États-Unis tournent le dos chaque jour un peu plus, le reste du monde l’a aujourd’hui adopté et leur enjoint de s’y rallier à nouveau.

Nous appelons donc l’Europe et les États-Unis à abandonner leurs géopolitiques suicidaires du passé, qui furent à l’origine de deux guerres mondiales et nous mènent à une troisième, afin de bâtir un avenir pour toute l’humanité en adoptant de nouveau le principe du Traité de Westphalie. Ce Traité fonde la politique étrangère sur le principe de « l’avantage d’autrui », qui mit fin à la guerre de Trente ans en Europe, et sur le concept élaboré par le président américain John Quincy Adams d’une « communauté de principes entre États souverains ».

C’est la seule voie cohérente avec la vraie nature de l’homme en tant que seule espèce créatrice. Toute autre voie partant du concept suivant lequel l’homme n’est qu’un animal conduirait l’humanité à sa perte.

Patriotes de nos propres nations et citoyens du monde, nous appelons nos compatriotes et nos dirigeants à avoir le courage de rompre avec le cycle actuel de bestialité croissante, en acceptant l’offre généreuse de coopération que nous font les BRICS.

SIGNEZ l’appel en ligne.

Parmi les signataires :

  • Jacques Bakamurwanko, ancien ambassadeur du Burundi aux Etats-Unis (Conakry, Guinée)
  • Jan Cernogursky, ancien ministre de la Justice de la République slovaque (Slovaquie)
  • Leonidas Chrysanthopoulos, ancien ambassadeur, membre du secrétariat politique du Front du peuple uni (Grèce)
  • Gabriele Churli, membre du Conseil régional de Toscane (Arezzo, Italie)
  • Ramsey Clark, Procureur général (ministre de la Justice) des Etats-Unis de 1967 à 1969 (New-York, Etats-Unis)
  • Dr. Fred Dallmayr, coprésident du Forum public mondial – dialogue des civilisations (Indiana, Etats-Unis)
  • Edwin Edwards, ancien gouverneur de la Louisiane (Etats-Unis)
  • Julio C. Gonzalez, ancien secrétaire d’Etat de l’Argentine, professeur d’université (Buenos Aires, Argentine)
  • Tiberio Graziani, président de l’Institut des études avancées en géopolitique (Rome, Italie)
  • Panos Kammenos, ministre de la Défense, président du parti des Grecs indépendants, ancien député. (Athènes, Grèce)
  • Konstantinos Konstantinides, ancien général, cofondateur des « Généraux contre la guerre nucléaire » (Grèce)
  • Daisuke Kotegawa, ancien directeur exécutif pour le Japon au Fonds monétaire international (Tokyo, Japon)
  • Victor Kuzin, chef de l’agence pour la défense des droits de l’Homme sans frontières à Moscou (Russie)
  • Vladimir R. Marchenko, Confédération du Travail de l’Ukraine (Kiev, Ukraine)
  • Julio A. Mendoza, architecte, président de la Chambre du logement et des infrastructures du Paraguay (Paraguay)
  • Chandra Muzaffar, président du Mouvement international pour un monde juste (Kuala Lumpur, Malaisie)
  • Sergei Pulinets, Institut de recherche spatiale, Académie des sciences de Russie (Moscou, Russie)
  • Roman Rojas Cabot, ancien ambassadeur du Venezuela à l’Union européenne et au Guyana (Caracas, Venezuela)
  • Rosa Elia Romero Guzmán, députée au Congrès fédéral du Mexique (Oaxaca, Mexique)
  • José Francisco Rosales Argüello, vice-président de la conférence permanente des partis politiques d’Amérique latine et des Caraïbes, membre de la Cour suprême de justice du Nicaragua (Nicaragua)
  • John Scales Avery, professeur associé émérite à l’Université de Copenhague, président de l’académie danoise de la Paix ; Conférences Pugwash sur la science et les affaires internationales (Danemark)
  • Naeem Shakir, procureur de la Cour suprême du Pakistan (Lahore, Pakistan)
  • Arun Shrivastava, écrivain (New Dehli, Inde)
  • H.C. von Sponeck, ancien secrétaire général adjoint aux Nations unies (Allemagne)
  • Pr Marietta Stepanyants, Chaire UNESCO « Philosophie dans le dialogue des cultures », Institut de philosophie (Moscou, Russie)
  • Dr. Gallus Strobel, maire de Triberg (Allemagne)
  • Baifen Sun, directeur de l’Institut Confucius, Université du Massachusetts (Etats-Unis)
  • Yim Sungbin, ancien secrétaire à la présidence de la République de Corée pour le Climat et l’environnement (Corée du Sud)
  • Erling Svendsen, ancien président de l’association danoise des Producteurs de blé (Hvalso, Danemark)
  • Lode Vanoost, ancien porte-parole adjoint du parlement belge (1999-2003).
  • Natalia M. Vitrenko, docteur en économie, présidente du Parti socialiste progressif d’Ukraine (Kiev, Ukraine)
  • Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et présidente internationale de l’Institut Schiller (Allemagne).

FRANCE

  • Georges Beriachvili, pianiste concertiste (Paris).
  • Jean-Paul Brignoli, maire d’Omey (Marne).
  • Claude Champaud, président honoraire de l’Université de Rennes, président du conseil scientifique du Fonds de recherche pour la doctrine de l’entreprise (Rennes).
  • Marc Chautemps, maire de Gémeaux (Côte-d’Or).
  • Jacques Cheminade, président de S&P (Paris).
  • Gérard Coinchelin, adjoint au maire de Denipaire, Vosges.
  • Colonel (ret) Alain Corvez, conseiller en stratégie internationale, ancien conseiller du général commandant la FINUL (Paris).
  • Pierre Eboundit, président de la Ligue panafricaine – UMOJA (Reims).
  • Evrard Garnier, maire de Lorignac (Charente-Maritime).
  • Alain Giletti, ancien champion de patinage artistique (Tours).
  • Michel Guerin, Économiste et consultant, maîtrise des systèmes complexes (Paris)
  • Deva Koumarane, Poète et enseignant des Études Indiennes (Rambouillet).
  • Jean-Yves Lapeyrère, maire de Mijoux (Ain).
  • Jean-Pierre Luminet, écrivain, laboratoire d’astrophysique des sciences physiques de Marseille.
  • Jacques Martin, ancien directeur du groupe d’Ecoles de Commerce Nantaises - ENSEC - ENCIA - ENACOM et ancien directeur de l’association PROMONANTES (Nantes).
  • Charles Paperon, ancien combattant volontaire de la Résistance, Brest.
  • Eugène Perez, maire de Chamouilley (Haute-Marne).
  • Cathérine Plantevin, archéologue INRAP, Lyon.
  • Ali Rastbeen, président de l’Académie de géopolitique de Paris.
  • Dr Louis Reymondon, chirurgien honoraire des hôpitaux de France, président de l’association VietnAmitié (Var)).
  • Jean-Jacques Seymour, journaliste de radio (Paris).
  • Bernard Sutter, maire de Sternenberg (Haut-Rhin).
  • Bassam Tahhan, professeur franco-syrien de géostratégie, Ecole nationale supérieure des techniques avancées (Paris).

Voici la liste complète des signataires.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Eurasie, le nouveau nom de la paix

13 mars 2014
Nouvelle Solidarité N°6/2014
Eurasie, le nouveau nom de la paix

BRICS, quand la peur change de camp

19 novembre 2014
Orientation stratégique
BRICS, quand la peur change de camp

La nouvelle guerre du pétrole cible les BRICS

15 novembre 2014
Actualité
La nouvelle guerre du pétrole cible les BRICS

Le Council on Foreign Relations (CFR) menace la Chine et les BRICS

5 novembre 2014
Actualité
Le Council on Foreign Relations (CFR) menace la Chine et les BRICS

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard