X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques quotidiennes
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Les non-dits derrière la peur du « péril jaune »

La rédaction

Comme le disait Einstein, « la folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ». Nous en avons un exemple patent aujourd’hui avec les gesticulations aussi hystériques que dangereuses des élites occidentales qui, incapables de se remettre en question, sombrent soit dans la russophobie soit dans le « China bashing », soit dans un savant mélange des deux. Et, malheureusement, elles peuvent s’appuyer sur les préjugés tenaces parmi les populations, qui flirtent souvent avec un ethno-racisme culturel latent.

C’est ainsi que réapparaissent, dans un bégaiement saugrenu de l’histoire, les âmes tourmentées de McCarthy et Edgar Hoover, au travers des personnes du sénateur Marco Rubio et du directeur du FBI Christopher Wray. Devant la Commission du renseignement du Sénat, Rubio a souligné mercredi que bien que le Kremlin représente une menace grave, et qu’il tente de manipuler les élections de 2018 pour le Congrès, la Chine « reste l’enjeu le plus important de notre époque ». Christopher Wray a abondé dans ce sens, faisant toute une description des méthodes d’espionnage chinoises qui, oh horreur ! passeraient par les Instituts Confucius et au travers du dialogue entre les académiciens chinois et américains. Un délire paranoïaque au frais du contribuable américain, comme à l’époque où le FBI espionnait sans relâche Martin Luther King et Albert Einstein, sans jamais réunir un seul élément prouvant qu’il s’agissait d’agents à la solde de Moscou…

Banqueroute intellectuelle

La réalité, c’est que la Chine, qui n’est certes pas un modèle parfait de société, se montre au contraire capable de progresser, de se développer, tout en ne se figeant pas dans un dogme, et en s’inspirant de ce que les autres font ou ont fait de meilleur, comme la planification économique réalisée en France pendant les Trente glorieuses, par exemple.

En Occident, où l’on ne jure plus que par la « liberté » des marchés et son corollaire l’austérité budgétaire, il peut paraître impensable que nos pays d’Europe et d’Amérique du Nord aient fondé leur richesse et leur puissance sur autre chose que le libre-échange, c’est-à-dire une approche dirigiste de l’économie allant de Colbert jusqu’à De Gaulle en passant par Alexander Hamilton, Friedrich List et Pierre Mendès-France. C’est pourtant bien le cas.

Jusque là, les grands pontes du libre-échange campaient obstinément sur leurs certitudes – bien peu ébranlées par le krach financier de 2007-2008 – tout en nous expliquant pourquoi l’état de grâce de l’économie chinoise ne pouvait pas durer, et comment la Chine allait fatalement être frappée par une terrible crise. À l’été 2016, face aux secousses sur les bourses chinoises, ils ont bien cru qu’on y était pour de bon, et on les imagine aisément prier les dieux de tous leurs viscères pour que cela soit le cas. Mais non.

Dans un article paru le 24 janvier sur Bloomberg, le journaliste Michael Schuman admet avec une certaine candeur sa propre consternation face à cette « anomalie » : « Récemment, ma foi en ce corpus [la doctrine du libre-échange] a été sérieusement ébranlée. Par la Chine. Plus j’applique mes règles économiques à la Chine, moins elles fonctionnent. Selon mes maximes, la Chine devrait logiquement s’empêtrer dans une croissance en berne, et devrait même être aux prises avec une crise financière. Mais il est évident que non. En fait, une grande partie de ce qui se passe actuellement dans ce pays va à l’encontre de ce que nous savons — ou pensons savoir — au sujet de l’économie. Tout simplement, s’il s’avère que les décideurs politiques de Beijing ont raison, alors cela signifiera qu’une grande partie de la pensée économique est erronée — en particulier notre certitude dans le pouvoir du libre marché, notre parti pris inébranlable contre l’intervention de l’État, et nos idées sur la promotion de l’innovation et de l’esprit d’entreprise. (…) Si les choses continuent ainsi, nous devrons alors admettre que la Chine a trouvé un moyen de coordonner l’action de l’État avec juste ce qu’il faut d’influence des marchés afin de pouvoir obtenir des résultats positifs qu’une économie plus ouverte n’aurait peut-être pas pu obtenir. Peut-être que la Chine est en train de redéfinir le capitalisme ».

La Chine et le véritable système américain d’économie

L’admission de Michael Shuman, qui a le mérite de l’honnêteté, met en lumière l’ignorance largement répandue parmi les élites américaines à propos de ce qui a fait la puissance économique des États-Unis. Dans un article étonnant publié le 7 février dans le New York Times Magazine et intitulé « L’émergence de la Chine et la chute du mythe du ‘libre-échange’ », le journaliste indien Pankaj Mishra rappelle qu’aucune nation dans l’histoire n’est devenue une puissance économique libre, indépendante et prospère en appliquant scrupuleusement les dogmes du libre-échange ; bien au contraire.

La Grande-Bretagne par exemple, avant de devenir le berceau idéologique du libéralisme économique – avec la conception mystique de la « main invisible » d’Adam Smith – s’est développée grâce à la main tout à fait visible et nécessaire du gouvernement. De même, le véritable système économique américain, tel qu’il avait été compris et adopté par les présidents Abraham Lincoln, William McKinley, Franklin Roosevelt ou John F. Kennedy, se fondait sur les conceptions protectionnistes du premier secrétaire au Trésor américain Alexander Hamilton, et de son étudiant Friedrich List.

Pankaj Mishra rappelle que si le Japon, la Corée du Sud et Taïwan ont pu accéder à un niveau d’économie industrielle moderne, ce n’est pas en s’appuyant sur la doctrine du libre-échange, mais précisément sur les conceptions d’Hamilton et de List et du système d’économie américain. Et il en est de même pour la Chine depuis la fin du règne de Mao. D’ailleurs, comme l’écrit Mishra, Milton Friedman avait effectué au début des années 1980 un voyage en Chine afin de discréditer toute idée selon laquelle le gouvernement peut jouer un rôle dans le développement économique. À cette époque, la pensée économique libérale de Friedman exerçait une immense influence dans le monde anglo-saxon – son disciple le président Ronald Reagan disait partout que « le gouvernement n’est pas la solution à notre problème ; le gouvernement est le problème ». Mais « les Chinois n’ont accordé que très peu d’intérêt pour le ‘laissez faire’ proposé par l’Américain, et Friedman a quitté la Chine, clamant orgueilleusement que ses hôtes étaient ‘incroyablement ignorant des règles de fonctionnement du marché et du système capitaliste’ », raconte Mishra.

Ainsi, l’ironie de l’histoire a fait que les États-Unis ont abandonné leur véritable héritage, sombré dans la dépression économique et dans les crises financières (entraînant l’Europe avec elle), pendant que la Chine s’est nourrie de cet héritage pour se développer et se moderniser. Et, tandis que les libéraux et ultra-libéraux ont espéré l’intégrer dans un ordre dominé par les Anglo-américains en lui faisant adopter ses normes, la Chine n’a fait que confirmer son choix d’une économie dirigée au fil des années. Comme l’écrit Mishra, ce choix ne s’explique pas tant par le fort penchant nationaliste existant dans ce pays que par le fait que ces « normes » se sont avérées désastreuses pour tous ceux qui ont tenté de les suivre, comme en témoignent les conditions de désintégration sociale et économique actuelles en Europe et aux États-Unis.

De plus – et c’est bien ce qui fait le plus hurler les idéologues de la mondialisation financière – la Chine exporte désormais ces conceptions au travers de l’initiative des Nouvelles Routes de la soie, avec des projets d’infrastructures apportant le développement économique depuis l’Asie jusqu’en Amérique latine, en passant par le Moyen-Orient et l’Afrique, et même l’Europe de l’Est.

La vérité, c’est que le « libre-échange » n’a jamais été une théorie économique ; c’est plutôt une « élément de langage » de l’Empire britannique justifiant son système de pillage et d’exploitation humaine. Comme l’avait souligné l’économiste Gaël Giraud dans son livre Illusion financière (2013), la théorie de la « main invisible » comporte un point aveugle, que le monde – et avant tout Adam Smith lui-même – a feint d’ignorer : l’esclavage. « Autrement dit », écrivait Giraud, « ‘la main invisible’ est une main de couleur noire, restée invisible aux yeux de l’analyste ‘éclairé’ que fut Smith ».

Il est donc urgent pour nous de redécouvrir ce qui fonde réellement la richesse économique ; car l’aveuglement et la folie entraînent – au moins par omission – au crime.

Voir le commentaire

  • Fred • 18/02/2018 - 11:26

    "car l’aveuglement et la folie entraînent – au moins par omission – au crime."
    Bien dit !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard