X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilChroniques stratégiques
X Logo S&P
En 2018, le site de Solidarité & Progrès devient semi-payant. 4 publications payantes vous sont encore offertes. Voir les abonnements

La privatisation du rail, un suicide économique

La rédaction
Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne
JPEG - 797.7 ko

Nous avons pu constater, dans la façon dont Emmanuel Macron a soudainement adhéré au dangereux délire paranoïaque de Theresa May contre la Russie dans l’affaire de l’ex-espion russe empoisonné, manifestant ainsi un terrible manque de discernement et d’indépendance d’esprit, que notre président est tout à fait enclin à « boire le Kool Aid » si la horde des bien-pensants et des puissants lui préconise de le faire.

Au cours de sa campagne, puis au travers des premières réformes engagées dans la fiscalité, les ordonnances travail et aujourd’hui la réforme de la SNCF, Macron a démontré qu’il avait à cœur de jouer à la perfection son rôle de nouveau jockey du vieux cheval financier, prêt à poursuivre aveuglément les mesures ultralibérales de ses prédécesseurs, en les drapant de la novlangue bien choisie du « modernisme » et du « progressisme », et où le mot « privatisation » est soigneusement banni.

« On ne fait que mettre en œuvre la directive européenne d’ouverture à la concurrence », répètent dans un cynisme satisfait les responsables du gouvernement, pour justifier l’ouverture à la concurrence de la SNCF – étape menant à la privatisation –, espérant par cette invocation de l’autorité extérieure européenne entretenir le doute et la confusion dans les esprits, et convaincre qu’il n’y a pas d’autre alternative.

Pourtant, à s’y pencher de plus près, les précédents en Europe de privatisation et de libéralisation du rail – pour rendre les entreprises plus « compétitives » – sont bien des modèles, mais ceux d’échecs économiques patents.

Grande-Bretagne : la méthode Big-bang

La privatisation de la British rail, lancée par Margaret Thatcher et mise en œuvre par le gouvernement de John Major en 1993, s’est faite en « one shot », par une destruction immédiate et brutale de l’entreprise publique, découpée en plusieurs morceaux jetés ensuite en pâture au privé.

25 ans plus tard, les prix du billet de train y sont devenus les plus élevés d’Europe, cinq à six fois supérieurs à la moyenne européenne. Entre 1995 et 2015, le prix du billet au Royaume-Uni a augmenté en moyenne de 117 %. Le 1er janvier dernier, il a augmenté de 3,4 %, ce qui représente la plus forte hausse depuis cinq ans. Et la peine est double, puisqu’en parallèle de cette augmentation des prix du billets, l’État subventionne les 25 compagnies privées qui se sont emparées du rail anglais. [1]

Les trains sont surchargés et accumulent les retards, et les services se dégradent chaque jour. De nombreux trains ont été supprimés. Pour l’anecdote, en 2014 le train de 7h29 reliant Brighton à Londres n’est pas arrivé une seule fois à l’heure…

58 % des Britanniques sont désormais favorables à la renationalisation. En 2016, lors du mouvement de grève des cheminots, Theresa May avait déclaré que les grèves provoquaient un chaos « totalement inacceptable » et témoignaient d’un « mépris pour les gens ordinaires ». [2]

L’imposture du « modèle allemand »

Le modèle britannique est devenu un repoussoir dans l’opinion française. Mais un modèle peut en cacher un autre. Le 15 mars sur France Info, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, revendiquait : « nous voulons une entreprise plus unifiée et réactive, où les managers ont des capacités de décision. Le modèle allemand avec une structure mieux intégrée répond bien à cet objectif ».

En entendant la ministre française, les oreilles des Allemands ont dû siffler, tellement la réalité ne correspond pas à cette description féérique. En effet, comme au Royaume-Uni, les prix du billets sont en constante augmentation (parmi les plus élevé du continent), les services de la Deutsche Bahn (DB) subissent une dégradation notoire et les retards sont chroniques. De nombreuses études montrent une recrudescence des accidents ou quasi-accidents depuis le lancement du processus de libéralisation. [3]

La privatisation de la DB, lancée il y a 24 ans, n’a pas été conduite à son terme, et l’État contrôle aujourd’hui toujours 100 % de l’entreprise et de ses filiales. La raison tient principalement au fiasco de l’introduction en bourse de la DB, prévue pour l’année 2008 et annulée face au krach financier, et également à la mobilisation des cheminots ces dernières années contre la dégradation du rail allemand.

Mais tout cela n’a pas empêché la DB d’adopter des principes de gestion soumis à la rentabilité financière. La direction de la DB répète comme un mantra qu’il faut « rendre le chemin de fer capable d’affronter les marchés financiers », et c’est ainsi qu’environ 150 000 emplois et l’ex-statut des cheminots ont été supprimés. Dans sa course à la rentabilité, la S-Bahn (le RER de Berlin) a licencié 900 de ses 3800 salariés et engagé des économies drastiques en matière de maintenance.

Le rail français, un modèle à sauver

Comme la Fédération de la CGT cheminots l’écrit dans un récent rapport, il est utile de rappeler que la SNCF avait été créée en 1936 pour mettre fin au désastre de la gestion privée du rail en France.

Aujourd’hui, bien que la logique du court terme financier se soit insinuée au fur et à mesure des années dans l’entreprise, que ses dirigeants aient été biberonnés au libéral-monétarisme dans les écoles de commerce, le rail français reste l’un des meilleurs du monde, classé au 5e rang mondial et au 2e rang européen en terme de « qualité des services », qui évalue la ponctualité, la vitesse et le bon rapport qualité-prix des prestations ferroviaires. Et, alors que l’image du train en retard est largement répandue dans l’esprit des Français, la réalité est que 92 % des trains longue-distance ont moins de 15 minutes de retard contre 89 % pour la moyenne européenne. [4]

S’il y a bien une réforme de la SNCF à faire, c’est de cesser immédiatement toute gestion comptable et toute recherche de rendement financier au sein de l’entreprise. Cela implique de prendre à bras le corps la question de la dette, que le gouvernement Philippe-Macron évite soigneusement. Car, comme le montre un récent rapport du cabinet indépendant Degest, « quand SNCF Réseau emprunte 100 euros pour améliorer son réseau, il ne peut réellement en utiliser que 41 euros, les 59 euros restants étant ponctionnés par le système financier » au titre des intérêts de la dette. Des intérêts qui s’élèvent, chaque année, à près de 1,7 milliards d’euros. « Tout se passe comme si, pour réellement investir 100 euros sur son réseau, SNCF Réseau devait emprunter 243 euros », précise le document. [5]

La fraude de la réforme actuelle de la SNCF est de ne parler que du coût du travail sans parler du coût du capital. Ainsi, la direction de la SNCF a appliqué une baisse de 12 % des effectifs entre 2004 et 2014, multipliant le recours à la sous-traitance, gelant les salaires. Comme le montrent les exemples britanniques et allemands, une telle politique monétariste de diminution de la masse salariale et du coût de la maintenance permet certes de dégager des bénéfices financiers (à court terme du moins), mais elle est désastreuse pour la qualité des services, des conditions de travail et pour la pérennité de l’entreprise elle-même.

Pour parodier Theresa May : cette politique de privatisation de l’une des plus belles œuvres réalisées par la France moderne est « totalement inacceptable », et témoigne d’un « mépris pour les gens ordinaires ».

Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne Le monde en devenir - chronique stratégique quotidienne

Voir les 2 commentaires

  • BONIN Stéphane • 06/04/2018 - 19:16

    Mais pourquoi nos journalistes, dits "indépendants", de BFM et autres consoeurs, nous cachent ça ? Les débats sont truquées, tout simplement !

    Répondre à ce message

  • BONIN Stéphane • 06/04/2018 - 19:19

    Mais pourquoi nos journalistes, dits "indépendants", de BFM et consoeurs, nous cachent ça ? Leurs débats sont truqués, tout simplement ! C’ est la démocratie occidentale, celle qui veut faire la morale à de présumés dictatures !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard