X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilDocument de fondPolitique

Qu’est-ce qu’être « gaulliste de gauche » ?

JPEG - 103.7 ko

A l’heure où la mollesse et l’impuissance politiques empêchent le pays d’entrer en guerre contre le monde de la finance, il est temps de relancer la fabrique française d’hommes et de femmes de caractère.

Cet article fait partie de notre dossier Jaurès-Roosevelt-de Gaulle, c’est maintenant !

JPEG - 18.4 ko

Un camarade m’a récemment dit : « Un Gaulliste de gauche ? Ben c’est un mec de gauche mais avec des couilles ! » Certes, la réponse est un peu rustre, mais pleine de vérité pour ce qui nous intéresse ici : l’action.

Clarifions avant tout, puisqu’on est en France, le choix des mots. L’appellation ne renvoie pas ici aux socialistes qui rejoignirent la France libre et incarnèrent la politique sociale de De Gaulle après 1945, ni à ceux qui s’en revendiquent aujourd’hui, y compris sous le nom de « gaulliste social ». Nous irons ici à la substance de la pensée gaullienne, là où elle rencontre, étreint puis épouse la pensée jaurésienne. Car oui, ces deux hommes sont forgés du même fer !

Ce qui oppose Jaurès et de Gaulle

Si l’on s’en tient au système des valeurs et des opinions, tout sépare les deux hommes. A la mort de Jaurès en 1914, de Gaulle à 24 ans : c’est un officier issu de la bonne société catholique, de droite et conservatrice, militariste et revancharde. Sans être anti-allemand, au contraire, il n’attend depuis son enfance que de laver l’affront de la défaite de 1870. Jaurès, lui, est un politique du milieu socialiste, pacifiste, antimilitariste, internationaliste et prolétarien.

Divergence et concordance : la pensée militaire

JPEG - 93.1 ko

Là encore, tout les oppose a priori. Dans L’Armée nouvelle (1911), Jaurès élabore, proposition de loi à l’appui, une armée de miliciens composée de citoyens-soldats appartenant à l’armée d’active et formés tout au long de leur vie, dirigée par des officiers issus du rang. Il est en opposition totale avec la structure militaire établie, basée sur une armée d’élite permanente dirigée par des officiers professionnels issus de l’aristocratie.

Au contraire, l’ouvrage de De Gaulle Vers l’armée de métier(1934), promeut une doctrine d’armée professionnelle fondée sur de puissantes divisions blindées. Il rejettera d’ailleurs l’idée de Jaurès qu’il qualifie de « système des masses ».

Lors de la Première Guerre mondiale, sur le front, le capitaine de Gaulle est confronté à l’impréparation de l’armée française et l’inadéquation de sa stratégie. Il ne cessera, dès lors, de bâtir une pensée militaire en lien avec son temps, comme s’il était le chef de l’état-major des Armées. C’est dans cette période d’après-guerre, où le pays traumatisé se désintéresse de son armée, qu’il va devenir progressivement le premier opposant à la doctrine défensive de l’armée française, déjà muni de son caractère déterminé, sa soif de connaissance, sa rigueur intellectuelle et son haut sens des responsabilités. C’est là qu’il rencontre la pensée de Jaurès.

JPEG - 108.1 ko
Le capitaine de Gaulle en 1916. Exemplaire sur le front, frôlant la mort à plusieurs reprises, blessé trois fois puis fait prisonnier, il fut le recordman français des tentatives d’évasions !

S’il a connaissance de Jaurès depuis des années – il a notamment assisté avec intérêt à l’un de ses meetings à Lille en 1913 –, c’est en 1924 qu’il rencontre le colonel Emile Mayer, un officier à la retraite qui conseilla Jaurès pour la rédaction de L’Armée nouvelle . Républicain et juif, Mayer a vu sa carrière militaire brisée aussi pour avoir remis en cause dès 1890 la doctrine stratégique française et mis en garde dès 1902 contre le péril de la guerre moderne qui allait mener à la boucherie des tranchées. Visionnaire et anticonformiste, il n’est donc pas de meilleur passeur pour éduquer de Gaulle aux préceptes jaurésiens. Il lui inculque la profondeur incontournable du lien entre la République et son armée, la nécessité d’une armée professionnelle intégrée à la démocratie.

Mais c’est dans son combat quasi-solitaire contre le conservatisme de la pensée militaire française qui mènera à la défaite de 1940, que de Gaulle se rapprochera intimement de Jaurès. Il verra dans le leader socialiste, lui-même isolé et incompris dans son combat, un frère d’armes.

Une menace pour l’establishment

JPEG - 17.8 ko
Jean Jaurès à la tribune de l’Assemblée nationale en 1913, lors d’un débat houleux sur l’organisation militaire de la France.

Jaurès et de Gaulle étaient une véritable menace pour l’establishment militaire et le consensus politique d’alors, marqués par le conservatisme et l’immobilisme. Alors que la Grande Guerre est inéluctable, Jaurès veut constituer une armée de la nation capable de vaincre rapidement ou de dissuader l’ennemi d’attaquer, avec pour but d’assurer la paix et la sécurité nécessaires à une politique de justice sociale, de travail organisé et de souveraineté du peuple. Dans l’entre-deux-guerres, de Gaulle combat dans les états-majors puis au Parlement pour imposer, contre la doctrine défensive, une stratégie de guerre de mouvement fondée sur une puissance de feu ultra-mobile : Vers l’armée de métier et sa proposition de loi de 1935 préconisent la formation de sept divisions cuirassées, ce que s’empresseront de faire... les Allemands.

Tous deux pensent l’armée et la guerre du futur pour s’en épargner les horreurs, devancent la guerre pour mieux la façonner et ne pas la subir. Ce sont des penseurs et des hommes d’action ; de Gaulle sera très attentif à l’approche intellectuelle et la méthode critique de Jaurès contre les dogmes et pour surmonter les pièges du conformisme idéologique. L’audace et la puissance politique de la pensée de Jaurès correspondent à ce que de Gaulle recherche dans l’ordre de l’esprit. Dans leurs solitudes respectives, les deux hommes vont désormais faire route ensemble. En 1937, de Gaulle louera chez Jaurès « le courage, l’intelligence et le sens national assez grands pour prendre à bras le corps le problème militaire dont le destin de la France dépend ». Tous deux signent l’incursion du politique dans le militaire : pour eux, l’autorité civile doit s’imposer à l’armée ; son organisation et sa stratégie appartiennent exclusivement à la Nation.

Mobiliser le peuple

JPEG - 52.8 ko
Le colonel Emile Mayer (au centre) avec son ami Léon Blum (à droite).
Crédit : http://sabix.revues.org/167

De Gaulle entame son combat parlementaire en 1934 afin d’imposer son projet d’armée blindée face à la menace nazie, qu’il voit monter inéluctablement depuis 1928. Il a alors besoin d’élargir le cercle de ses connaissances au politique. Mayer va l’intégrer dès 1932 à son cercle de réflexion hebdomadaire, réunissant intellectuels, parlementaires et officiers. C’est là qu’il trouvera le rare soutien des quelques politiques échappant à la médiocrité ambiante : à part Paul Reynaud (futur président du Conseil en 1940, qui appellera de Gaulle au gouvernement), de la droite modérée, les autres appartiennent à « la gauche » : Philippe Serre (qui votera contre Pétain avant de rejoindre la Résistance), Léo Lagrange (ministre de la Jeunesse du Front populaire, qui mourra sur le front en juin 1940 « pour le peuple ») et Léon Blum (qui accroîtra les crédits militaires en 1936 et recommandera de Gaulle à Roosevelt).

L’échec de sa proposition de loi lors des débats parlementaires de 1935 et 1937, farouchement combattue par le consensus mou unissant contre lui tous les groupes politiques, puis l’incapacité de Reynaud à trancher lors de la bataille de France, rendront inévitable le 18 juin 1940.

La seule chose qui incombe désormais à de Gaulle est de refonder, dans le combat, la France : pour cela il doit susciter chez les Français « l’adhésion du sentiment » à une cause plus grande qu’eux-mêmes, comme il le fit jadis avec ses soldats en tant qu’officier. Mais là, il faut agir hors de tout ordre établi et de toute structure institutionnelle, là où la liberté est aussi grande que la contrainte. Si de Gaulle a toujours cru, dans sa doctrine militaire, en l’exemplarité du chef [1], avec Jaurès il découvre combien l’adhésion de l’individu à l’idéal de la Nation est supérieure à la discipline. Les deux approches ne s’opposent pas, elles s’alimentent : dans L’Armée Nouvelle, Jaurès montre que même dans une armée de citoyens libres, seule « la grandeur surhumaine » de l’officier peut déclencher « l’héroïsme presque inconscient » du soldat « ayant échangé avec d’autres âmes le serment de mourir pour une idée ».

Maintenant

Ces deux visions opposées de Jaurès et de Gaulle trouveront enfin leur coïncidence dans la France libre : « Une armée inédite combinant le système des milices avec une forte professionnalisation » [2], faite d’hommes liant librement leur destin personnel à celui de la Nation.

Aujourd’hui comme en 1911 ou 1934, rares sont ceux qui oseront regarder en face le péril qui menace. Qu’importe. Seuls comptent ceux qui raviveront cette audace et ce génie pour triompher des illusions, du conformisme et de la petitesse qui autrement nous condamne.

Dans son discours de Carmaux en 1960, de Gaulle célébra Jaurès, « dont la pensée a marqué si profondément l’esprit français au moment où il le fallait, toujours dans le sens de la générosité, toujours dans l’élévation, toujours dans le sens de la France ». « Je le salue, ajouta-t-il, je salue sa mémoire ».

Alors ! Qui voulez-vous être ?


[1Cf. Le Fil de l’épée, écrit en 1927 et publié en 1932.

[2Vincent Duclert, « Jaurès et de Gaulle : de l’étude à l’action », Cahiers Jaurès, 2013/1. Une autre lecture m’a aussi grandement inspiré : De Gaulle avant de Gaulle, la construction d’un homme, de Michel Tauriac, Plon, 2013.

Voir les 2 commentaires

  • Pic • 27/09/2013 - 09:47

    Bonjour. Je désire rectifier une érreur dans l’article Jaures- De Gaulle.
    Léon blum, n’a pas soutenu le projet de budget pour l’armée en 1936, et
    a même diminué ceux prévu pour l’aviation, alors qu’en cette année là,
    hitler a déja fait défiler 3 divisions blindées complètement équipées à
    Berlin.
    Je suis un grand admirateur de De Gaulle, et si l’on approuve toutes
    les mesures prisent en 1945 par le gouvernement provisoire et ensuite
    le sien, je regrette énormément qu’il se soit séparé de Mendes France
    en 1959, ce qui a renforcé le clan du pouvoir de l’argent. ( Pompidou,
    Giscard, Chalandon etc ) Cordialement

    Répondre à ce message

  • Ayin Beothy • 27/09/2013 - 12:10

    Très intéressant sur le De Gaulle jusqu’après guerre.
    Rien sur la manière dont il a lâché les Kabyles, les Berbères, les non-musulmans, et surtout les harkis dans une négociation qu’il avait raison de mener, mais qu’il aurait pu mener bien différemment.
    Rien non plus sur la manière dont il a lâché Israël en 1967, en précurseur d’Eurabia.
    Ses bonnes idées sont venus d’un Juif, Mayer. Curieux, non ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Suivez le parcours pédagogique : Des Français de caractère
Lire l'article suivant :
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard